Secours et développement de la Société Afkar
Gracieuseté de la Société Afkar

Le personnel du Secours et développement de la Société Afkar (pour des raisons de sécurité, les noms ne sont pas dévoilés) supervise la livraison de carburant pour opérer la génératrice de la station de pompage d'eau dans la ville de Qayyara. Afkar est un partenaire du MCC. 

Le MCC finance un projet de distribution d'urgence d'eau pour 10 000 familles dans la ville iraquienne de Qayyara et les environs après que le gouvernement iraquienne ait pris le contrôle d'E.I. en août 2016. 

Pendant deux ans, les habitants de Qayyara ont souffert sous le siège du groupe de militants islamistes, qui se sont emparés des maisons et des possessions, ont appliqué une tenue vestimentaire stricte, ont restreint l'accès au monde extérieur et ont emprisonné, torturé ou assassiné ceux qui violaient leurs lois ou s'opposaient à leur domination.

Gagner sa liberté a toutefois un prix.

En forçant E.I. à se retirer de la ville, les forces iraquiennes et étrangères ont bombardé des parties de la principale installation du traitement des eaux qui était utilisée comme entrepôt pour les armes d'E.I. De plus, durant leur retraite, les combattants d'E.I. ont sectionné les lignes électriques de la région et ont mis feu aux puits de pétrole. Des milliers de personnes ont été privées d'électricité ou d'accès à l'eau potable.

Une épaisse fumée s'élève des puits de pétrole que les combattants d'E.I. ont enflammé en fuyant Qayyara.Photo: gracieuseté du Secours et développement de la Société Afkar

Sans électricité, les citoyens ont recueilli des dons pour payer le carburant permettant de faire fonctionner la génératrice qui alimente la station de pompage d'eau pendant seulement quelques heures par jour – ce qui ne suffit vraiment pas pour répondre aux besoins des habitants. L'eau acheminée dans leurs maisons était de l'eau de rivière non filtrée qu'ils utilisaient pour cuisiner et nettoyer.

En raison du faible approvisionnement, certains résidents devaient acheter à prix exorbitant de l'eau de camions‑citernes. Ceux qui en avaient les moyens pouvaient acheter de l'eau potable, les autres en étaient privés.

Le MCC a eu connaissance de ce besoin et, en janvier, a lancé un projet de trois mois pour s'assurer que les 10 000 foyers de la région aient accès à suffisamment d'eau.

Par l'entremise du Secours et développement de la Société Afkar – un organisme qui a été lui‑même déplacé de son siège à Anbar par E.I. en 2013 – le MCC fournit 1 849 gallons de carburant par semaine pour faire fonctionner la génératrice pendant 10 heures par jour, en s'assurant que tous les résidents du réseau public ont accès à de l'eau.

De plus, le MCC a fourni de l'équipement de purification de l'eau afin que les gens qui n'ont pas les moyens d'acheter de l'eau potable puissent obtenir de l'eau gratuitement à un endroit public central.

Fournir du carburant est une solution à court terme, mais une solution vitale néanmoins. En mars, le Programme de développement des Nations Unies commencera à rebâtir la station de pompage d'eau.

Un membre du personnel de Secours et développement de la Société d'Afkar, un partenaire du MCC, évalue les dommages causés à l'usine de traitement des eaux à Qayyara.Photo : gracieuseté du Secours et développement de la Société d'Afkar

Le travail de la Société d'Afkar à Qayyara est coordonné par Mohammed (son nom de famille n'est pas divulgué pour des raisons de sécurité), qui est originaire de Qayyara mais qui ne vivait pas en Iraq lorsque sa ville natale est tombée aux mains d'E.I. L'ingénieur en structure vit et travaille maintenant à Erbil avec la Société d'Afkar.

« Je suis tellement fier de travailler sur ce projet dans ma ville natale », déclare Mohammed, qui a encore deux frères vivant à Qayyara, et qui est reconnaissant de faire partie d'un projet qui leur est profitable ainsi qu'à ses voisins.

« Les gens de Qayyara sont tellement contents que l'eau est gratuite », affirme Mohammed, en parlant de l'accès gratuit à l'eau par le système plutôt que par d'autres sources coûteuses. « Peu de gens avaient les moyens d'acheter de l'eau. Ils ont de nombreux besoins, mais l'eau est un besoin essentiel. »

Kaitlin Heatwole, coordonnatrice du programme du MCC en Iraq, a aidé à faciliter le projet à Qayyara, le plus récent dans une longue ligne de projets que le MCC a mis en œuvre pour appuyer les personnes affectées par E.I.

« Il y a eu des vagues constantes de personnes nouvellement déplacées chaque mois au cours des trois dernières années », affirme Kaitlin. « Même si elles ont perdu leurs maisons ou leurs familles, les personnes qui ont été déplacées l'an dernier sont maintenant de vieilles nouvelles parce qu'il y a d'autres vagues de personnes déplacées. »

Une jeune femme qui a fui sa maison à Hawija porte son enfant endormi, une trousse de secours et trois couettes pour sa famille.Photo : gracieuseté de l'Association iraquienne al-Amal

Un autre partenaire du MCC, l'Association iraquienne al-Amal, a récemment aidé à la distribution de deux envois du MCC comportant des couettes, des trousses de secours et des trousses d'hygiène pour plus de 3 800 familles nouvellement déplacées qui vivent maintenant à Kirkouk et Salah ad-Din.

« Tellement de vies ont été bouleversées par le conflit en Iraq », dit Kaitlin.

« Grâce au travail du MCC en Iraq, nous répondons à des besoins auxquels on ne répond pas autrement. Parfois, ce n'est rien de bien raffiné – comme fournir un peu de carburant pour que les familles aient de l'eau –, mais c'est ce dont les personnes ont besoin. »

Make a difference