Photo/Jennifer Leigh Martens

Conférence "A People of Diversity", Université de Winnipeg

Il n’est pas tellement dans les habitudes des mennonites de chercher la lumière des projecteurs. Et de toute façon, l’attention du public se dirige rarement vers ceux que l’on a déjà appelés les « quiet in the land ». Or, au Manitoba c’est un peu différent. Avec leurs institutions académiques réputées comme la Canadian Mennonite University ou le Menno Simons College, ou encore le bureau chef du MCC Canada, tout le monde sait quelque chose au sujet des mennonites. Même l’Université de Winnipeg soutient une chaire d’études sur les mennonites.

C’est d’ailleurs là, lors d’un colloque d’historiens des Mennonite Studies en novembre, que j’ai pu présenter une recherche sur l’histoire du mouvement frère mennonite au Québec. Chez nous au Québec, et dans le Canada francophone en général, bien peu de gens savent qui sont les mennonites et les frères mennonites, ce même au sein des milieux chrétiens. D’où ma surprise lorsque Radio-Canada a approché l’organisateur du colloque pour une entrevue en français avec des mennonites. Naturellement, en tant que seul francophone au colloque d’histoire mennonite et membre de la Société d’Histoire Mennonite du Canada, j’ai été suggéré avec Richard Lougheed pour faire l’entrevue.

J’avais de bonnes raisons d’être nerveux (Richard, lui, n’est jamais nerveux). Un, j’étais surtout concentré sur la conférence que j’allais présenter le lendemain – en anglais. Et puis nous ne savions pas les questions d’avance. Imagine si on m’interroge et que je ne sais pas quoi dire. Surtout, c’était notre première expérience radio! Une fois arrivés à la bâtisse de Radio-Canada, downtown Winnipeg, nous avons été vite dirigés à l’étage des studios. L’animatrice, une québécoise installée au Manitoba depuis 30 ans, a griffonné sur sa feuille quelques informations sur nous. Puis, un petit test de son rapide et hop, nous étions déjà en onde. Pas de temps à perdre, attention ça roule.

Les premières questions ont permis d’expliquer l’origine historique des groupes anabaptistes et de retracer leur présence jusqu’au temps de la Réforme protestante. Nous avons aussi pu nuancer l’image folklorique que le grand public peut avoir des mennonites et autres anabaptistes comme les Amish –les vêtements traditionnels, le refus de la technologie, les calèches et les chevaux, etc. –et insister sur la grande diversité du monde mennonite d’aujourd’hui.  

J’ai aussi eu l’occasion, non seulement comme historien mais aussi comme employé, de souligner l’influence internationale du MCC par son œuvre humanitaire partout dans le monde, organisation qui incarne la dimension sociale et appliquée du christianisme anabaptiste et qui illustre aussi la capacité des différents groupes mennonites à collaborer dans la mission malgré les divergences culturelles et théologiques.

Difficile de juger de l’impact de cette entrevue. Même si Radio-Canada est un grand média national, une entrevue de 25 minutes retombe vite dans l’oubli au milieu du tourbillon d’informations quotidiennes qui déferlent sur toutes les plateformes. C’est pour cela qu’on la repasse aujourd’hui nous-mêmes, espérant que ceux qui nous lisent vont apprécier pouvoir entendre l’enregistrement. Cliquez donc sur le lien, écoutez, et partagez!