Le pasteur mennonite suisse Daniel Geiser présentant l'historique de la région.Photo/Max Wiedmer

Nous marchions dans Paris à la recherche du Centre Mennonite de Paris, et nous nous sentions comme Christophe Colomb en train de découvrir le Nouveau Monde. Seulement, c’était nous, venus du Nouveau Monde, qui découvrions l’ancien.

Bien sûr, nous savions d’avance qu’il y avait terre de l’autre côté de l’Atlantique! Cependant, nous étions sur le point de faire une rencontre du « troisième type », de faire contact avec des gens dont nous avions jusqu’alors ignoré l’existence : des Mennonites d’expression française en Europe!  Sous l’égide du MCC Québec, une délégation composée des directeurs Claude et Muriel Queval et des historiens Zacharie Leclair et Richard Lougheed se sont vu offrir l’occasion historique de tisser des liens avec des Mennonites français et suisses.

Nous sommes revenus forts d’une volonté d’être toujours plus pertinents dans notre monde d’aujourd’hui" 

À notre grande admiration, ces communautés mennonites retraçaient leurs origines jusqu’au temps de la Réforme. Or, « anciens » qu’ils étaient, ceux n’en étaient pas moins modernes. Ils chantent les mêmes louanges que dans nos Églises québécoises et s’habillent comme nous. Ce qui nous a marqué, c’est de voir comment ils étaient parvenus à se renouveler et à se perpétuer dans leur foi et dans leurs institutions à travers le temps depuis leur commencement malgré des siècles de persécution. Ce tour de force, au Québec, nous n’avons pas encore trouvé à le réaliser.

En tant qu’aboutissement d’un travail missionnaire amorcé au début des années 1960. Les Églises mennonites et frères mennonites québécoises en sont encore au stade de l’enfance, pour ainsi dire, et se démènent pour assurer la prise en charge du mouvement par une seconde génération anabaptiste. Pour leur part, les Mennonites d’Europe se réjouissaient de voir les fruits d’une lointaine extension de la foi mennonite dans une petite société francophone nord-américaine qui, comme la France, était d’héritage catholique mais devient de plus en plus sécularisée.

Ce qui nous a marqué, c’est de voir comment ils étaient parvenus à se renouveler et à se perpétuer dans leur foi et dans leurs institutions à travers le temps depuis leur commencement malgré des siècles de persécution.

Avec eux, nous avons pu échanger sur des sujets actuels comme le pluralisme religieux, l’ethnicité et l’immigration, l’identité et la menace du terrorisme. Chose remarquable, les mennonites français sont parvenus à constituer une influence positive dans le débat public et même auprès du gouvernement. D’ailleurs, ce dernier les consulte sur diverses questions comme la crise des migrants, la laïcité, la réponse au terrorisme et le maintien de la paix.

Nous sommes revenus forts d’une volonté d’être toujours plus pertinents dans notre monde d’aujourd’hui et avec de nouvelles possibilités de collaboration missionnaire et humanitaire avec nos frères et sœurs de France et de Suisse francophone.

Make a difference