Photo prise par Emily Loewen pour le MCC

Avec l’argent qu’elle emprunte à l’Association d’épargne et crédit de son village (VSLA), Beatrice Hamilandu achète des pièces pour fabriquer des chars à bœufs. 

MBABALA, Zambie — Si Beatrice Hamilandu vivait en Amérique du Nord et qu’elle ne disposait pas de la somme nécessaire pour acheter les pièces de chars à bœufs que sa petite entreprise fabrique, elle demanderait un prêt à la banque. Mais depuis son village de Mbabala, en Zambie, elle ne peut pas se rendre à la banque parce qu’elle n’a pas d’auto. Même si elle réussissait à s’y rendre, on ne lui accorderait pas nécessairement un prêt. Elle serait obligée de cesser de travailler jusqu’à ce qu’elle réussisse à réunir les fonds qu’il lui faut pour acheter les pièces.

Cependant, depuis que sa collectivité a organisé trois associations d’épargne et crédit (Village Savings and Loans Associations, VSLA) en 2012, Hamilandu obtient plus facilement les prêts nécessaires pour faire prospérer son entreprise. Lorsqu’elle a entendu parler de cette nouvelle association, elle s’est souvenue d’un char à bœufs qu’elle n’avait pas pu finir et qui traînait dans sa cour. Alors elle s’est jointe à l’Association en espérant obtenir le prêt qui lui permettrait de terminer le char.

Le programme du ministère de compassion des Frères en Christ de Zambie, un partenaire du Comité central mennonite (MCC), enseigne aux membres de ces collectivités à gérer les VSLA. Chaque groupe se compose d’un maximum de 30 membres qui se réunissent une fois par mois pour acheter des actions, distribuer des prêts, vérifier l’état des emprunts impayés et, parfois, pour financer des projets communautaires avec les profits des Associations. Le MCC a financé le salaire du responsable de terrain qui a donné le premier cours de formation ainsi que du participant au programme Apprendre et Servir qui a aidé à la formation et au suivi. Le MCC continuera à soutenir la surveillance et le suivi des activités des VSLA au cours des années à venir.

Voici ce que l’Association a fait pour Hamilandu :

  1. Dès que l’Association de son village a ouvert ses portes, Hamilandu a emprunté 300 Kwacha (environ 60 $) en octobre 2012.
  2. Elle a utilisé cet argent pour acheter les pièces et terminer le char à bœufs.
  3. Elle a vendu ce char à bœufs pour 2 500 Kwacha (500 $).
  4. Elle s’est servie d’une partie de ces profits pour payer les frais scolaires de ses enfants. Avant cela, elle était obligée d’emprunter cet argent de membres de sa famille ou d’amis pour que ses enfants puissent continuer à aller à l’école.
  5. Elle a remboursé le prêt et a réinvesti une part de ses profits dans l’Association.

Quand un membre de l’Association a besoin d’un prêt, il le demande au groupe en expliquant ce qu’il compte faire avec l’argent, puis le groupe décide s’il va accorder le prêt ou non. Les membres ont deux mois pour rembourser leurs prêts sans encourir de pénalité. Si un membre est incapable de rembourser son prêt, il doit payer une pénalité, à moins que son manquement soit dû à une maladie ou à un décès dans la famille.

Lorsque Hamilandu n’a pas assez d’argent pour acheter des pièces pour ses chars à bœufs ou si elle a besoin d’un prêt pour une autre raison, l’Association le lui accorde sans hésiter. « J’aime beaucoup ce programme », nous a‑t‑elle dit en 2013, « parce qu’il est facile d’obtenir des prêts. Il m’arrive souvent de manquer d’argent dans mon entreprise, alors je cours à l’Association pour demander de l’aide. » 

Make a difference

Discover more