Les élections fédérales sont une occasion de façonner l’avenir du Canada. En tant que citoyens, nous avons la chance d’inciter les politiciens à articuler clairement leurs convictions sur des sujets d’importance.

Une élection est aussi une occasion pour les chrétiens de tenir compte des implications politiques de leur foi—un temps pour discerner avec humilité comment l’appel de Jésus à aimer son prochain peut se traduire dans la sphère publique. Le MCC Canada croit que les gouvernements doivent maintenir un ordre social juste et pacifique, et que les chrétiens -individuellement- ainsi que les Églises -collectivement- ont la responsabilité d’aider les instances publiques à tenir fidèlement ce mandat.

Nous espérons que vous allez soulever de tels enjeux auprès des candidats au cours de ce parcours électoral. Nous vous invitons de plus à faire usage de l’outil suivant pour orienter les discussions de groupe en Église, ou pour partager dans vos familles et parmi vos amis et collègues. Surtout, prions pour la sagesse des candidats qui feront campagne, pour ceux qui vont voter, et pour ceux qui seront élus pour diriger le Canada.

La ressource suivante est divisée en quelques enjeux chers au MCC et à ses partenaires.

Migration

Justice pour les Autochtones 

Justice réparatrice

Changements climatiques

Palestine et Israël

Syrie et Irak

Une peinture murale sur le mur du Centre des droits de l’homme Fray Matias (Centre de recherches humaines Fray Matias de Cordova) à Tapachula, au Mexique. Le Centre des droits de l’homme Fray Matias fait partie d’un réseau de défense des droits auquel appartiennent des partenaires du MCC Mexico. (Photo MCC/Anna Vogt)​

Migration

Peu importe leur situation ou leur provenance, toute personne migrante a le droit d’être traitée avec dignité (incluant la façon dont on en parle). Les partenaires du MCC soulignent le besoin d’aborder aussi les causes premières des déplacements humains ainsi que de s’assurer que les migrants se déplacent en toute sécurité et dignité. Tous ont le droit de migrer en sécurité et en toute légalité.

Migration internationale :  Plus de 70.8 millions de gens sont forcés de quitter leur foyer. Parmi ceux-là, juste en 2018, 20 millions constituent des déplacés internes. Conflits irrésolus, nouvelles flambées de violence et événements climatiques extrêmes sont à la source de ces nouveaux mouvements migratoires. Dans l’hémisphère Sud, 85% des réfugiés se trouvent dans les pays limitrophes sans aucune perspective de retour à la maison ni d’installation durable dans un pays tiers sûr. Il est donc impératif que ces pays hôtes reçoivent un soutien adéquat des pays riches et que le Canada contribue à aborder les raisons derrière ces déracinements forcés.

Traitement des demandes de réfugiés au Canada :  Bien que les nombre de demandeurs d’asile arrivant au Canada ait augmenté dans les dernières années, il est relativement bas en comparaison à la situation mondiale. Le Canada traite les demandes de réfugiés par le biais de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR). Il est primordial que ce ministère fédéral soit en mesure de traiter les dossiers dans des délais normaux. Aussi, toute restriction d’accès au statut de réfugié risque de résulter en un retour à une situation initiale potentiellement dangereuse. Il est aussi important que le Canada honore ses engagements auprès des plus nécessiteux par des procédés internationaux conformes aux normes du Haut-Commissariat de l’ONU sur les Réfugiés d’une façon qui tienne compte du contexte mondial et non seulement des priorités économiques du Canada.

Questions pour les candidats aux élections

  • Comment ferez-vous en sorte que les migrants soient traités avec dignité, incluant la façon dont on en parle durant la campagne, et à plus forte raison si vous formez le gouvernement?  
  • Comment renforcerez-vous l’engagement du Canada auprès des réfugiés et demandeurs d’asile, notamment en augmentant l’efficacité de la CISR, et en sommant le Canada de recentrer son programme sur les demandeurs d’asile et non seulement sur l’immigration économique?
  • Que ferez-vous pour résoudre les causes premières des migrations forcées dans le monde, incluant la réponse aux changements climatiques, le soutien au développement de la paix, et la résolution non-violente de conflit?

Un groupe se réunit devant le Sénat canadien pour demander l’adoption du projet de loi C-262, Loi visant à assurer l’harmonisation des lois du Canada avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. (Photo MCC/Anna Vogt)​

Justice Pour Les Autochtones 

Le MCC s’est engagé dans le suivi des appels à l’action 48 et 49 du rapport de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), notamment dans la poursuite d’un dialogue public continu en vertu de la Déclaration des droits des peuples autochtones de l’ONU. Cette déclaration de l’ONU constitue le seuil minimal universel de protection des droits humains des peuples indigènes. Cela est d’autant plus important que l’histoire canadienne est tissée de violence et de techniques assimilationnistes pour éliminer la civilisation indigène et criminaliser leur mode de vie, créant ainsi un cycle de violence. Depuis 2015, les adultes autochtones comptent pour 3% de la population adulte canadienne tout en représentant 25% des homicides autochtones et 25% de la population carcérale fédérale. Les femmes autochtones sont jusqu’à trois fois plus susceptibles d’être victimes de violence que le reste de la population. La Commission Vérité et Réconciliation et la Commission d’Enquête sur les femmes autochtones contiennent des recommandations pour le soutien aux systèmes de justice autochtones, incluant des changements sur les politiques, l’éducation, l’allocation de ressources culturellement pertinentes et orientées vers les victimes, ainsi que l’extension de la pratique de la justice réparatrice.

Questions pour les candidats aux élections:

  • Comment votre parti fera en sorte que les lois canadiennes s’harmonisent avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones? 
  • Comment le Canada peut-il opérer les changements au système pénal pour résoudre le problème de la disproportionnalité des Autochtones dans nos prisons, incluant le soutien aux systèmes de justice autochtones? Comment aborderez-vous des questions de politiques comme la discrimination raciale et le profilage?

Le comité de justice réparatrice du pénitencier de Dorchester, établissement à sécurité minimale, est dirigé par la Société John Howard du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, partenaire du MCC. Le groupe de contrevenants et de volontaires locaux se réunit tous les mois pour discuter de différents sujets sur la justice réparatrice et de la manière dont ils peuvent apprendre à vivre de manière plus réparatrice. (Photo MCC/ Shane Yuhas)

Justice Réparatrice 

La pratique de la justice réparatrice au sein du système judiciaire canadien consolide les individus et leurs communautés. L’un des moyens se trouve dans les Cercles de Soutien et de Responsabilité (CoSA Canada), où des équipes de bénévoles et du personnel accompagnées de professionnels rencontrent des hommes et des femmes ayant commis des agressions sexuelles pour les tenir imputables de leurs actes et les soutenir dans le processus de réinsertion sociale à leur sortie de prison. Il en résulte moins de victimes de crimes sexuels et de violence au pays. Des programmes tels que CoSA contribuent largement à rendre la société canadienne plus sécuritaire. 

Questions pour les candidats aux élections :

  • Quels types de programmes et services soutenez-vous pour la guérison des victimes et de leurs communautés, ainsi que pour la réhabilitation des criminels?
  • Comment financerez-vous et intégrerez-vous la justice réparatrice dans les politiques et les pratiques?

Un groupe d’employés du MCC et de membres de la collectivité marchent dans la ville de Kabay, en Haïti, lors d’une rencontre entre partenaires sur le changement climatique et la sécurité alimentaire. (Photo MCC/Anna Vogt)

Changements climatiques

La crise climatique actuelle est une occasion pour le Canada de s’ériger en meneur mondial d’une transition énergétique juste et rapide, et de la création de systèmes d’échange équitable assurant la dignité pour tous. Le rapport du Panel intergouvernemental sur les changements climatiques (IPCC) de l’ONU stipule qu’une réduction des gaz à effet de serre est nécessaire pour limiter à 1.5 degré Celsius la hausse du réchauffement planétaire, un seuil qui, même respecté, demeure susceptible de causer des catastrophes environnementales avec des impacts humains considérables. Les partenaires du MCC rapportent qu’un climat fluctuant cause déjà un déclin de production agro-alimentaire, des pertes de cheptel, un amenuisement des sources d’eau, et des sécheresses et inondations de plus en plus fréquentes. De telles pressions exacerbent les causes de conflits et de migration forcée. 

Les gouvernements, les agences internationales et les ONG tendent de plus en plus vers des projets d’adaptation pour réduire les impacts des changements climatiques en encourageant la résilience des populations qui y sont confrontées. Or, toute initiative doit aussi inclure des mesures de contrôle des émissions de gaz à effet de serre, comme par exemple les cibles établies lors de l’Accord de Paris en 2015, où le Canada s’est engagé à réduire de 30% ses émissions sous le niveau de 2005, ce pour l’année 2030.

Questions pour les candidats aux élections :

  • Comment ferez-vous en sorte que le Canada réponde avec audace à la crise climatique actuelle, incluant une transition énergétique juste et rapide?
  • Comment soutiendrez-vous le financement des projets d’adaptation aux changements climatiques, centrés sur les zones les plus touchées, en tant que part de l’engagement du Canada à l’aide internationale? 

Le mur de séparation comme on le voit à Bethléem, en Cisjordanie. (Photo MCC/ Emily Loewen)​

Palestine et Israël 

Le MCC prône une paix juste et durable pour toute la Palestine et Israël. Les conditions de la paix sont compromises par l’expansion continuelle des colonisations juives –illégales—dans le cadre de l’occupation de la cis-Jordanie et de la bande de Gaza par Israël depuis 1952. La politique étrangère canadienne reconnaît l’illégalité de la colonisation juive de la Palestine et se préoccupe du fait que celle-ci fasse obstacle à la paix pour tous dans la région.

La crise humanitaire à Gaza s’intensifie elle aussi. Aussi le Canada a-t-il accru son aide humanitaire à Gaza, ce qui contribue à répondre aux besoins immédiats, mais un changement plus durable requiert des moyens plus systématiques.

Quelque 500 à 700 enfants palestiniens sont arrêtés et détenus dans des prisons militaires israéliennes entourant les zones de colonisation juive. Des partenaires du MCC et de l’UNICEF rapportent que ces enfants n’ont que rarement accès à de l’assistance juridique et font l’objet d’abus de la part des autorités. En tant que signataire de la convention des Nations Unies sur les droits des enfants et en tant qu’allié d’Israël, le Canada a une occasion de se faire valoir à ce sujet.

Questions aux candidats électoraux :

  • Étant donné l’expansion et la construction des colonies juives en Palestine, comment le Canada peut-il, en tant qu’allié d’Israël et également ami des Palestiniens, soulever des questions et soutenir une paix juste et durable par le biais des relations bilatérales et multilatérales?
  • Alors que la crise humanitaire s’aggrave à Gaza et que l’aide humanitaire ne fait, au mieux, que maintenir le statu quo, quelle stratégie supplémentaire le Canada devrait-il adopter pour répondre à la situation?
  • Comment le Canada peut-il répondre à l’arrestation et à la détention des 500-700 enfants palestiniens annuellement?

Kichan Shukur Amin se trouve dans son jardin potager à Qasim Baghzada, un petit village de la région du Kurdistan en Irak, un projet financé par le partenaire du MCC, REACH, par le biais du CFGB. (Photo MCC/Kaitlin Heatwole)​

Syrie et Irak

Le Canada s’est engagé dans des missions militaires en Irak et dans les régions avoisinantes depuis 2014 comme pays membre de la coalition internationale contre l’État Islamique (DAESH). Au cours des dernières années, l’EI a perdu de son influence mais continue de semer le chaos et de menacer des populations où le pouvoir local est faible. Or, l’influence de l’EI n’est que la pointe de l’iceberg quant aux raisons premières du conflit et des migrations forcées. On peut citer à ce titre les interventions militaires étrangères passées, alimentant les fractures sociales et favorisant un vide de pouvoir, permettant alors l’émergence de groupes tels que l’EI.

Les interventions étrangères en général, et spécialement dans les conflits complexes comme en Irak et en Syrie, causent des troubles importants puisqu’ils sapent les efforts d’organismes de paix locaux et d’autres initiatives au sein même des communautés. Alors que la mission s’est réorientée en 2016 pour mieux intégrer les acteurs humanitaires, une autre fusion problématique du militaire avec l’humanitaire qui compromet le travail des partenaires du MCC.

Question pour les candidats aux élections :

  • Dans le contexte de conflits complexes –parfois latents – au Moyen-Orient, comment le Canada peut-il soutenir une paix durable en Irak et en Syrie sans que cela ne repose sur des moyens militaires?

 

Pour savoir comment vous impliquer dans le travail de plaidoyer du MCC, cliquez ici.