Orphelinats en Corée du Nord
Photo First Steps/Rachelyn Ritchie

Deux enfants de la maternelle de l’orphelinat dans la province de Pyongan du Sud en Corée du Nord se régalent du lait de soja.  Leurs noms ont été omis pour des raisons de sécurité.

Après avoir effectué un voyage en République populaire démocratique de Corée (RPDC), aussi connue sous le nom de Corée du Nord, Jennifer Deibert a commencé à faire du lait de soja et à en boire.

Jennifer Deibert vit à Chuncheon, en Corée du Sud, et travaille comme coordonnatrice de programme auprès du MCC pour la Corée du Nord. Au début du mois de mars, elle a rejoint un groupe de travailleurs des services du MCC à l’occasion d’une visite d’une usine de lait de soja à Pyongsong et de quatre orphelinats dans la région qui bénéficie du lait produit.

Depuis cinq ans, le MCC envoie des graines de soja de qualité, sans OGM, à l’usine de Pyongsong qui prépare des denrées alimentaires pour enfants. Par conséquent, plus de 800 enfants ont accès à du lait de soja riche en protéines, à du tofu et à des graines de soja grillées. Le MCC envoie aussi de la viande en conserve à ces orphelinats.   

Beaucoup de gens en Corée du Nord ne trouvent pas suffisamment à manger. C’est un pays très montagneux avec seulement 18 % de terre arable. Ce pays fait souvent face à des inondations, à des destructions de maisons, de ponts et d’autres infrastructures, causées par des typhons saisonniers. Tous ces facteurs entraînent des carences en aliments riches en protéines répandues dans tout le pays, et les enfants souffrant de mauvaise nutrition sont susceptibles de souffrir de ralentissement de la croissance.

Un écolier reçoit sa tasse de lait de soja quotidienne. Son nom est omis pour des raisons de sécurité. Photo First Steps/Rachelyn Ritchie

Selon les directeurs de l’orphelinat, les enfants qui boivent du lait de soja régulièrement ont beaucoup plus d’énergie, une peau en meilleure santé et grandissent normalement.

De retour chez elle, Jennifer Deibert a pensé aux enfants qu’elle avait rencontrés et au lait qui les nourrissait.

Un jeune garçon très enthousiaste, en classe de maternelle dans un orphelinat de la province du Pyongan du Sud, déguste du pain et du lait de soja. Photo First Steps/Rachelyn Ritchie

« Je pensais aux enfants et à la façon dont ils le dégustaient chaque jour, et j’ai donc commencé à faire mon propre lait de soja pour découvrir ce que nos collègues donnent aux enfants nord-coréens et le processus qu’ils doivent suivre à plus grande échelle », explique-t-elle.

Vous pouvez faire du lait de soja chez vous ! Voici ce dont vous avez besoin : 

Ingrédients

Graines de soja séchées

Eau

Sucre au goût

Pincée de sel

Malaxeur

Coton à fromage (étamine en tissu)

Instructions

MCC photo/Jennifer Deibert

Commencer par tremper les graines de soja dans trois fois la quantité d’eau nécessaire pour recouvrir complètement les graines. Laisser tremper les graines pendant au moins huit heures, mais idéalement pendant 12 heures.

À l’usine de denrées alimentaires pour enfant que soutient le MCC, les graines sont trempées tôt le matin. Faire du lait le soir permet d’assurer que les enfants auront du lait de soja frais et délicieux le lendemain. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Une fois les graines trempées, égoutter et mesurer. Pour une tasse de graines trempées, utiliser environ trois tasses d’eau. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Mettre les graines et la moitié de l’eau dans un malaxeur. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Malaxer les graines avec l’eau. Le mélange aura une apparence de mousse et une odeur organique comme l’herbe. Le mélange sera granuleux et épais, selon la quantité d’eau ajoutée.

Jennifer Deibert utilise un malaxeur pour faire du lait de soja, mais ce n’est pas le cas de l’usine de Pyongsong. Pour produire de grandes quantités de lait de soja, une pierre broyeuse est utilisée pour écraser les graines et extraire le lait. 

MCC photo/Jennifer Deibert

MCC photo/Jennifer Deibert

Ensuite, il faut séparer le liquide de la partie pulpeuse des graines de soja. Jennifer Deibert utilise un torchon propre (coton à fromage ou étamine) qu’elle réserve pour faire du lait de soja. Verser le reste de l'eau dans le mélange de graines de soja écrasées. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Presser pour extraire tout excès de liquide des résidus de pulpe.

Astuces : Ne pas jeter les résidus de pulpe ! Les produits dérivés du lait de soja peuvent être utilisés de plusieurs façons. Ils sont pleins de nutriments et, une fois cuits légèrement, ils n’ont pas un goût trop prononcé. Jennifer Deibert les fait sécher dans une poêle et les ajoute dans des smoothies, des soupes. Bref, dans presque tout. L’un de ses plats coréens préférés est le kongbiji, une soupe épicée et réconfortante faite avec du kimchi et du biji, des produits dérivés du lait de soja. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Le Biji a la consistance d’un repas granuleux. Étant donné que la plupart des produits à base de soja fermentent ou pourrissent très vite, Jennifer Deibert les congèle tout de suite. Les résidus de pulpe sont aussi un excellent complément au compost et sont utilisés dans des pratiques d’agriculture traditionnelle dans des pays du nord-est de l’Asie comme source naturelle de nitrogène. 

MCC photo/Jennifer Deibert

MCC photo/Jennifer Deibert

Chauffer le lait de soja à feu doux jusqu’à ébullition. Laisser mijoter quelques minutes. Pendant que la mixture cuit, ajouter du sucre (ou un édulcorant de votre choix) à votre goût ainsi qu’une pincée de sel. 

MCC photo/Jennifer Deibert

Verser immédiatement dans des bocaux stérilisés et garder au réfrigérateur ou servir directement. Jennifer Deibert dit que le lait de soja chaud est réconfortant et délicieux ! 

MCC photo/Jennifer Deibert

Outre les bienfaits du lait de soja, Jennifer en boit pour se rappeler sa solidarité avec les jeunes enfants vivant dans des orphelinats coréens.  

« Cela me permet de ressentir une certaine connexion, puisque nous ne pouvons pas communiquer lorsque je suis hors du pays, je me sens ainsi reliée à eux » explique-t-elle.  

Make a difference