Une année de secours, de développement et de paix

Photos du calendrier mural du MCC 2018

Pour commander gratuitement un exemplaire de votre calendrier mural imprimé 2018 (en anglais), veuillez communiquer avec Wendy Kopeschny au 1-204-261-6381 ou à wendykopeschny@mcccanada.ca.

Les jeunes arrêtés pour des crimes non-violents au Burkina Faso sont souvent contraints à des peines de prison, ce qui réduit leurs chances d'acquérir de l'instruction ou de trouver un emploi. Le partenaire du MCC, Lieux de Vie, les aide à bâtir un avenir. Après avoir été surpris à voler des caisses de boissons gazeuses, Joël (pseudonyme pour des raisons de confidentialité) a pu passer les trois derniers mois de sa peine de six mois de prison en apprentissage de la menuiserie, et il a reçu de l’aide pour trouver un travail dans une quincaillerie. Après une année de travail manuel, il a commencé à gérer le magasin et il rêve d’ouvrir sa propre boutique. « Lieux de Vie m’a donné l’occasion de reconstruire ma vie », dit-il.MCC Photo/James Souder

 

À cheval ou à dos de chameau, des centaines de personnes affluent des régions avoisinantes vers Teriturenne, un village au centre du Tchad, pour célébrer la construction d’un nouveau puits que le MCC a aidé à construire. Dans cette lointaine région d’élevage de chameaux, beaucoup de gens parlent Dazaga, une langue locale, au lieu du français utilisé dans les écoles gouvernementales au Tchad. Depuis 2015, le MCC soutient la première école dans la région qui donne aux enfants l’occasion d’avoir des cours en Dazaga. Avec le nouveau puits qui a quatre points d’accès, les filles peuvent passer moins de temps à faire la queue pour puiser de l’eau et sont moins susceptibles d’arriver en retard à l’école.MCC photo/Jon Austin

 

 

Après le tremblement de terre d’avril 2015 qui a endommagé la maison d’Ukha Maya Magar dans le district de Lalitpur, au Népal, elle et sa famille ont emménagé dans un abri temporaire. Le MCC a travaillé en partenariat avec l’Institution rurale pour le développement communautaire (RICOD) afin de fournir de la nourriture d’urgence, des couvertures, des bâches et des ustensiles de cuisine à Magar et à d’autres personnes touchées par le tremblement de terre. La réponse initiale du MCC comprenait l’approvisionnement en nourriture d’urgence pour plus de 12 000 personnes. Aujourd’hui, le MCC continue d’aider les communautés à se rétablir, tout en soutenant les moyens de subsistance et les projets liés à l’eau et à la santé, ainsi que les efforts de formation des maçons dans le domaine de la construction antisismique.MCC photo/Matthew Sawatzky

 

 

À Yater, au Liban, un nouveau système d’approvisionnement en eau, construit grâce à un projet soutenu par le MCC, facilite la vie aux Libanais et aux familles de réfugiés syriens qui se sont installées dans la région. Avant, les habitants dépendaient d’un rapiéçage de tuyaux d’eau bleus suspendus d’un poteau à l’autre le long des fils électriques, une solution de fortune mise en oeuvre après la destruction des conduits d’eau souterrains pendant la guerre israélo-libanaise de 2006. Le nouveau système fournit une source d’eau plus fiable et aide à réduire les tensions entre les habitants de longue date et les nouveaux arrivants, comme les familles syriennes de ces filles.MCC photo/Matthew Sawatzky

 

 

Au Rwanda, le MCC travaille en collaboration avec l’organisation Friends Peace House (maison de la paix des amis) afin de soutenir le centre de formation professionnelle Mwana Nshuti (mon enfant, mon ami). Le centre offre des cours de coiffure, de mécanique, de couture, de cuisine et de construction, et les cours sont suivis d’un ou deux mois de stage. Delphine Umutoniwase a terminé avec succès le programme de mécanique automobile, puis le stage qu’elle a effectué dans un garage s’est transformé en un travail à temps plein qui l’aide à se prendre en charge et à soutenir ses parents. Partout dans le monde, des programmes de formation professionnelle soutenus par le MCC permettent aux jeunes d’acquérir de nouvelles compétences qui leur seront utiles pour trouver un emploi ou créer leur propre entreprise. Les classes se donnent délibérément en petit groupe afin que le personnel soit disponible pour conseiller et encourager les étudiants qui en ont besoin.MCC photo/Matthew Lester

 

 

« Il y a de nombreuses années, nos ancêtres sont venus comme réfugiés », déclare Elaine Hofer (troisième à partir de la gauche). « Si le Canada n’avait pas accueilli les réfugiés huttérites, beaucoup d’entre nous ne seraient pas ici aujourd’hui ». Enes et Fata Muheljic, membres huttérites de la colonie Green Acres près de Wawanesa au Manitoba, sont un couple de réfugiés qui a fui l’ancienne Yougoslavie il y des années. Ils ont collaboré avec le MCC Canada en vue de parrainer une famille de réfugiés de Syrie. À partir de la gauche, Wanda Waldner, Najwa Hussein Al Mohamad, Hofer, Reyad Alhamoud, Paul Waldner et Lee Waldner, âgé d’1 an, se rencontrent à la colonie de Green Acres.Photo/Ava Waldner

 

 

Saviez-vous que vous êtes censé vous laver les mains pendant au moins 20 secondes (le temps qu’il faut pour chanter deux fois la chanson Joyeux anniversaire) ? Vous rappelez-vous de toujours faire mousser entre vos doigts ? Partout dans le monde, les projets d’eau, d’assainissement et d’hygiène du MCC aident des gens comme Mitu Akther 15 ans, avec sa mère Rohima Habib à Mymensingh au Bangladesh, à trouver des moyens peu coûteux de protéger leur propre santé. Cela est particulièrement important dans des villages et villes où les installations sanitaires sont inadéquates et où les familles ont peu accès aux soins médicaux.MCC photo/Colin Vandenberg

 

 

Les États-Unis abritent 5 % de la population mondiale et 25 % des prisonniers, et le nombre de noirs emprisonnés est beaucoup plus élevé que celui des autres groupes. Les gens quittent souvent la prison avec peu d’effets personnels et peu d’argent, dit Spencer Lindsay, un ancien prisonnier qui est le fondateur du WMCM, Working Men of Christ Ministries, à Wichita, au Kansas. Le MCC des États du centre fournit des trousses d’hygiène aux anciens détenus. Ici, Lindsay place une trousse dans une maison du WMCM qui accueille des gens sortis de prison. « Les gens veulent changer, mais ils ont besoin d’un bon point de chute afin d'avoir un bon départ », ajoute-t-il.MCC photo/Vada Snider

 

 

Le travail du MCC après une catastrophe peut donner naissance à des actions qui feront la différence pendant des années après. En 2015, le MCC et les mennonites guatémaltèques ont joint leurs efforts à ceux des habitants locaux afin de réagir face aux glissements de terrain dévastateurs survenus près du lac Atitlán, au Guatemala. Ils ont aidé à reconstruire, mais ont également répondu à d’autres besoins de la communauté, notamment en fournissant aux élèves dont les parents avaient peu d’instruction de l’aide avec les devoirs. Aujourd’hui, New Dawn Association (association nouvelle ère) de Santiago Atitlán continue d’offrir des cours de soutien à des élèves comme (à partir de la gauche) Kenni Dolores Ixbalan Ixbalan, Ana Dolores Quinon Chojpen et Dolores Maribel de León Nimatoj.MCC photo/Matthew Lester

 

 

Dans la région d’Amhara en Éthiopie, près de Debre Markos, les ravins escarpés déversant l’eau vers la plaine pendant la saison des pluies démolissent de plus en plus de terres agricoles. Par conséquent, les familles produisent moins de nourriture, ce qui cause la famine et accentue la pauvreté. Le problème est encore plus grave pour les jeunes qui ne possèdent pas de terre. En réponse, le MCC soutient des programmes permettant aux jeunes paysans-sans-terre de gagner un revenu en travaillant dans des domaines comme la construction de barrages afin de contrôler le débit d’eau ou la plantation d’arbres et d’herbes dans les bassins versants. Ici, les jeunes femmes transportent des paniers de pierres qui seront alignées pour former un nouveau canal de drainage.MCC photo/Matthew Sawatzky

 

 

Partout dans le monde, les couvertures du MCC apportent chaleur et espoir. À Zhytomyr en Ukraine, les articles du MCC, y compris les couvertures, les conserves de viande et les trousses d’hygiène, aident les gens dans le besoin comme Valentina Inskirveliy et ceux qui sont venus dans cette région après avoir fui le conflit dans l’Est de l’Ukraine. D’autres couvertures sont expédiées vers des pays comme la Syrie, l’Irak et la Corée du Nord. Voulez-vous faire une couverture ? Consultez les instructions pour les couvertures et autres trousses du MCC, y compris les trousses de secours, d’hygiène, de couture, d’école et de puériculture.  MCC photo/Colin Vandenberg

 

 

Chaque année à Bethléem en Cisjordanie, en Palestine, les Palestiniens et des visiteurs du monde entier se rassemblent sur la place Manger Square devant l’église de la Nativité pour fêter Noël. Sur une terre où les chrétiens retracent leurs origines aux débuts de l’Église il y a environ 2000 ans, le MCC soutient le témoignage des Églises palestiniennes locales et travaille avec des groupes palestiniens et israéliens engagés dans la non-violence, la justice, la paix et la réconciliation pour tous. Le MCC soutient les initiatives de paix, l’éducation et la sécurité alimentaire, ainsi que les services de réadaptation pour les personnes handicapées.Photo/Nathaniel Bailey