Nigeria

Une journée comme tant d’autres

Une infirmière au Nigéria, par Edith Rodriguez du programme Apprendre et servir

Bonjour, je m’appelle Edith! Je viens d’Aibonito, à Puerto Rico, et j’œuvre dans le cadre du programme SALT du MCC à Jos, au Nigéria. Mon mandat d’un an a débuté en août. Mon service au programme Apprendre et servir est une merveilleuse bénédiction et toute une aventure!

Depuis septembre, j’œuvre pour le programme Apprendre et servir (SALT) dans un hôpital qui s’appelle Faith Alive Foundation (FAF). C’est une expérience d’apprentissage extraordinaire. J’ai fait mes études d’infirmière à Puerto Rico et j’ai cinq ans d’expérience dans ma profession, mais au FAF, je dois tout réapprendre. Il est bon d’apprendre les façons d’appliquer les sciences infirmières dans un pays qui est différent du mien.

Nos patients reçoivent du counseling, des traitements et de l’éducation.

Outre mon diplôme d’infirmière, je détiens une maîtrise en administration hospitalière. Au cours de cette année, je voudrais détecter les améliorations à apporter dans l’hôpital autant dans le domaine clinique que dans l’administration. J’établirai alors des plans pour améliorer les services de l’hôpital. Je tiens avant tout à servir les patients avec amour pour qu’ils voient Dieu dans tout ce que je fais.

La famille où je vis! Vous voyez de gauche à droite : Nanlop, Rebetnan, Kyenpia, Joy, Kirnan, Jemimah et Samuel Kumdet.

Je vis chez une famille ici à Jos. La maman, Nanlop, et le papa, Samuel, ont cinq filles de 14, 11, 9, 4 et un an et demi. Tous les matins et tous les soirs, nous nous réunissons pour échanger nos requêtes de prière et pour étudier la Bible ensemble. 

Mes parents hôtes, Nanlop et Samuel, et moi-même, à un mariage nigérian.

J’ai pris cette photo en me rendant au village de ma famille hôte, Mangu.

Nous célébrons l’anniversaire de ma sœur hôte, Jemimah. Elle fête ses 4 ans.

Chaque matin, je me réveille à 5 heures pour me préparer. Après notre réunion de prière en famille, je m’en vais à l’hôpital. Je travaille du lundi au vendredi de 7 h 30 à 16 heures.

En chemin vers l’hôpital.

Voici un des keke que je prends pour me rendre au travail chaque matin. 

Chaque matin, à l’hôpital, nous prions et nous étudions la Bible avec les patients. Ensuite, les infirmières et les médecins font leurs rondes, et je rencontre les patients qui viennent d’être admis. Chaque jour, le FAF reçoit de nombreux patients, surtout des gens qui vivent avec le VIH.

J’installe une intraveineuse à Gloria Onah, une patiente au Service des urgences. En plus de ce service, le FAF tient une clinique de consultation externe.

Je passe beaucoup de temps à l’hôpital, mais mes après-midi sont libres. Pendant la semaine, je passe une heure dans un centre de conditionnement physique près de là où j’habite. L’exercice m’aide beaucoup à relaxer et à calmer mon stress.

Les lundis après-midi, je participe à une étude biblique dans une Église qui s’appelle Evangelical Church Winning All (ECWA). ECWA ressemble beaucoup à mon Église, chez moi. Le déroulement du culte est le même, mais ici, ils ont des règles que nous n’avons pas à Puerto Rico. Par exemple, à ECWA les femmes doivent se couvrir les cheveux et porter seulement des robes ou des jupes.

Je suis vraiment heureuse de faire partie de cette Église au Nigéria. Le pasteur, les aînés et les jeunes prennent bien soin de moi.

Nous écoutons la belle musique du groupe des femmes le dimanche à l’Église.

Avant de commencer ce mandat d’un an au programme Apprendre et servir, j’avais peur de ne pas aimer la nourriture du Nigéria. Elle est différente de celle à laquelle je suis habituée, mais je l’aime beaucoup!

Devant un plat typique de Jos, le tuwo, fait de riz, et la soupe egusi. Cette soupe est l’une des plus courantes; elle contient des graines de melon moulues, des feuilles et d’autres légumes, des épices et de la viande.


 

Rouleaux aux œufs faits de pâte à beignets et d’un œuf dur. Ils les vendent dans la rue, et je les adore!

Un soir, ma sœur hôte, Kirnan, m’a montré comment faire de la cuisine nigériane.

Au Nigéria, le riz est à la base de nombreux plats, et l’on ajoute beaucoup d’épices et de chilis dans les soupes et les sauces. Si vous aimez les épices, vous adorerez cette cuisine! Ici, on vend toutes les épices comme les chilis, le gingembre, la cannelle et autres.

Quand je ne porte pas mon uniforme d’infirmière, je porte des vêtements traditionnels nigérians. Ils ont des couleurs vives et de beaux dessins. Pendant les fins de semaine, je vais au marché choisir des tissus (les couleurs très vives ne m’embarrassent pas) et je les amène chez un tailleur, qui me fait un habit nigérian. 

Voici l’un des marchés où j’achète du tissu pour me faire faire des vêtements. Ces marchés se trouvent souvent le long de rues étroites.

J’adore acheter des tissus et les amener chez un tailleur, parce qu’à Puerto Rico, il est très cher et luxueux de se faire faire des vêtements chez un tailleur. Nous sommes obligés d’acheter des vêtements prêt-à-porter dans les magasins. Je vous dirai que c’est devenu ma grande faiblesse!

Les Nigérians sont toujours heureux de voir des étrangers porter des vêtements de style nigérian.

La participation au programme Apprendre et servir a ses avantages et ses défis…

J’étudie le Hausa, qui est la deuxième langue la plus parlée à Jos.

Chaque jour, je me heurte au grand défi de m’adapter à la langue. Ma langue maternelle est l’espagnol, mais ici au Nigéria, je dois parler l’anglais tout le temps.

Je traite un patient avec l’infirmière C. Nwadinobi. Parfois, la barrière linguistique nuit à mon travail à l’hôpital, parce que certains patients ne parlent que le Hausa. Certaines fois, je ne peux communiquer avec les patients qu’en faisant des gestes, mais je réussis, grâce à Dieu!

Je crois que la plus grande difficulté que j’ai vécue depuis le début de mon mandat au programme Apprendre et servir a été d’entendre parler des ouragans Irma et Maria qui ont dévasté mon île au début septembre. À la fin de mon premier mois ici au Nigéria, Puerto Rico a été frappé par l’un des ouragans les plus dévastateurs que nous ayons jamais vus. Cela m’a beaucoup affaiblie émotionnellement.

Qu’il était dur d’être au Nigéria loin de chez moi! J’ai été incapable de communiquer avec ma famille, mes amis et mon Église pendant plusieurs jours. Mais grâce à Dieu, la vie sur l’île s’améliore. 

Les nouvelles de ces ouragans ont entravé mon adaptation au programme Apprendre et servir. Mais moi-même ainsi que ma famille, mon Église et mes amis à Puerto Rico savons en qui nous confier. En plein cœur de ces tragédies, nous savions que tout irait bien.

À ceux qui envisagent de s’inscrire au programme Apprendre et servir…

Je vous le recommande à 100 pour cent! Nous avons tendance à penser à tout ce que nous devrons laisser derrière nous, comme notre autonomie, conduire notre propre voiture, le confort de notre culture et de notre langue, mais pensez plutôt à tout ce que vous allez gagner en servant pour le programme Apprendre et servir. 

Je sais qu’après avoir servi pour le programme Apprendre et servir, je ne serai plus la même personne.

En travaillant pour Apprendre et servir, vous verrez beaucoup de choses différentes. Certaines vous mettront peut-être mal à l’aise, et d’autres vous rendront heureux. Mais en fin de compte, toutes ces choses se transformeront en bénédictions.

Quand vous pensez au programme Apprendre et servir, pensez à ce que Dieu désire de nous : rien d’extravagant ni de grandiose, mais des choses très simples. Il désire que nous soutenions la justice et que nous marchions avec Lui avec amour, compassion et humilité en reconnaissant que nous sommes très petits à côté de Lui.

« ...Et ce que l'Éternel demande de toi, c'est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. »

–Michée 6 v.8


Apprendre et servir (SALT) offre aux jeunes adultes canadiens et américains de 18 à 30 ans de s’immerger dans une autre culture pendant un an.

Pendant leur affectation, les travailleurs d’Apprendre et servir s’immergent dans une autre culture en vivant avec une famille ou dans un centre communautaire en Afrique, en Asie, en Europe, en Amérique latine, en Amérique centrale ou au Moyen-Orient.

Visitez les affectations ouvertes au programme Apprendre et servir, puis envoyez votre demande avant le 15 février!